Le salarié, collaborateur de l'entreprise ...

Régulièrement quand j'écris sur  l'Entreprise, j'utilise l'expression "la Culture d'Entreprise" pour signifier l'engagement mutuel qui peut s'établir entre l'employeur et l'employé. Je revendique aussi le "Dialogue Social" dans la négociation salariale et patronale en ayant des étapes de consultations organisées, de concertations non-déguisées, de revendications affirmées, de concessions partagées et pour finir par des accords d'entreprises avantageux pour les deux partis, salariés et patrons.

Mais avant tout cela, je reste persuadé que pour permettre une meilleur relation dans l'Entreprise, il faut que l'employeur reconnaisse son salarié comme un réel "Collaborateur". Pour cela, il doit s'établir des instances représentatives facilitant la mise en place de ce rapport au sein de l'entreprise. Le "Comité d'Entreprise" en est une et doit garantir cette relation en l'affirmant et en proposant des méthodes et des outils permettant de confirmer, de préserver et de sauvegarder ce statut.

Un collaborateur possédant donc des droits mais aussi des devoirs. "Nul n'est censé ignorer la Loi" mais il faudrait pour cela donner les moyens à chacune et à chacun de connaître ses droits et ses devoirs au sein de l'entreprise. Pour moi, c'est la première phase de collaboration afin que le dialogue social soit équitable.

Le but recherché dans ce rapport est l'épanouissement de chacune et de chacun dans son emploi, afin de favoriser l'émancipation pour l'un et la rentabilité pour l'autre, afin de développer la prise d'initiative concertée pour l'un et l'innovation pour l'autre et afin d 'accroîte les connaissances pour l'un et  le bénéfice pour l'autre.

Favoriser la reconnaissance c'est améliorer le rendement au sein d'une entreprise.

Niqolah

Personnaly © 2014 -  Hébergé par Overblog