François Hollande a son programme ...

  • Nicolas Halgand
  • Politique

François Hollande veut défendre l’agriculture française et soutenir la ruralité.
Il défendra un budget européen ambitieux pour l’avenir de l’agriculture dans sa diversité, en particulier l’élevage, dans le cadre de la révision de la politique agricole commune. Il encouragera la promotion de nouveaux modèles de production et de l’agriculture biologique. Il donnera aux producteurs les moyens de s’organiser pour rééquilibrer les rapports de force au sein des filières face à la grande distribution. Il garantira la présence des services publics locaux dans le monde rural. Il assurera la protection de notre économie maritime et redonnera à la pêche les moyens de sa modernisation. Il fera de notre pays le leader européen des énergies marines renouvelables.

François Hollande veut mettre les banques au service de l’économie.
Il séparera les activités des banques qui sont utiles à l’investissement et à l’emploi, de leurs opérations spéculatives.

Il interdira aux banques françaises d’exercer dans les paradis fiscaux.

Il sera mis fin aux produits financiers toxiques qui enrichissent les spéculateurs et menacent l’économie.
Il supprimera les stock-options, sauf pour les entreprises naissantes, et il encadrera les bonus.

Il taxera les bénéfices des banques en augmentant leur imposition de 15 %.

Il proposera la création d’une taxe sur toutes les transactions financières ainsi que d’une agence publique européenne de notation.

Il garantira l’épargne populaire par une rémunération du livret A supérieure à l’inflation et tenant compte de l’évolution de la croissance.

Pour baisser les frais bancaires, une loi plafonnera le coût des services facturés par les banques.

Pour lutter contre le surendettement, le crédit à la consommation sera encadré.

François Hollande veut redresser nos finances publiques.
Le déficit public sera réduit à 3% du produit intérieur brut en 2013. Il rétablira l’équilibre budgétaire en fin de mandat.

Pour atteindre cet objectif, il reviendra sur les cadeaux fiscaux et les multiples « niches fiscales » accordés depuis dix ans aux ménages les plus aisés et aux plus grosses entreprises. Cette réforme de justice permettra de dégager 29 milliards d’euros de recettes supplémentaires.
Un coup d’arrêt sera porté à la procédure de révision générale des politiques publiques et
à l’application mécanique du non-remplacement d’un fonctionnaire sur deux.

Dès 2012, il ouvrira un cycle de concertation avec les organisations syndicales de la fonction publique sur tous les sujets : perspectives salariales ; lutte contre la précarité ; modes de nominations des emplois supérieurs de la fonction publique ; déroulement des carrières.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Personnaly © 2014 -  Hébergé par Overblog